Le crowdfunding OUI Mais…

 

Tout le monde est aujourd’hui convaincu que le crowdfunding est en train de révolutionner le monde du financement et que c’est la plus belle chose qui soit arrivée à l’espèce humaine depuis l’invention du Nutella, du vaccin contre la rage, de l’iPhone ou la naissance de Barack Obama. Certains vont même jusqu’à dire que dans 5 ans les banques n’existeront plus.

Mais est-ce vraiment la solution miracle ?

Je vous propose aujourd’hui un petit focus : la différence entre le candidat idéal à un financement participatif et le candidat idéal à un financement « classique » par ces bons vieux BA ! 
Pour comparer ce qui est comparable, je vais me cantonner à l’Equity Crowdfunding vs. les Business Angels. Ainsi, on ne parlera pas dans cet article des campagnes Ulule ou globalement du financement par le don, qui hors effet Wahouuuuu hors du commun, ne dépassent que rarement les 30 K€.

Toujours par souci de clarté, je ne vais pas parler non plus de modèles mixtes où moins de 6 investisseurs qualifiés financent un projet via une plateforme de CF (type ce qu’a pu faire l’Accélérateur avec certains projets référencés sur Anaxago).

En clair : une start up lève 180 K€. D’un côté, deux Business Angels : l’un rentre avec 120 K€, l’autre avec 80 K€. De l’autre côté, 27 investisseurs (plus ou moins qualifiés) : ticket moyen à 7 K€, avec un minimum à 3 K€ et un maximum à 40 K€. 

Round 1 : Argent levé

Quoi qu’en disent certains pessimistes/optimistes en 2014 en France, c’est un ex-aequo. La réforme de mai 2014 porte le plafond de l’Equity Crowdfunding à 1 M€ ce qui permettra de financer quasiment n’importe quel projet en amorçage. Quant au financement moyen en 2013 par des BA : 150 K€ (source : étude fundme.fr). Ainsi ce n’est pas la somme d’argent à lever qui vous fera choisir les Business Angels plutôt que le crowdfunding. 

Ex-aequo

Round 2 : Taux de sélection

De grosses erreurs dans la perception actuelle des choses. Ceux qui ont réussi leurs campagnes de CF vous le diront : ce n’est pas forcément plus facile que de s’adresser à des Business Angels. Si vous êtes encore dans la course après un premier écrémage drastique du comité de sélection de la plateforme, une multitude de petites étapes de sélection vous attendent encore derrière… Et vous n’avez pas forcément les meilleurs outils pour vous défendre puisque les potentiels investisseurs en CF ont moins d’informations qu’un BA qui vous rencontre et qui a déjà épluché votre dossier.

Avantage Business Angels.

Round 3 : Visibilité 

Le propre d’une campagne de CF réussie : un projet solide + un engouement sur Internet. Un financement participatif c’est autant une campagne de comm qu’une levée de fonds ! On a vu des projets aux States (et quelques-uns en France) lever 5 millions via des VC et faire en même temps une campagne KKBB : une sorte de campagne de communication hyper vertueuse où tu fais connaître ton projet et tu empoches un bonus de 200 K$.

Victoire par KO pour le CF

L’exception qui confirme la règle : Berrebi, Niels ou consorts rentrent au capital. Même si c’est avec 10 K€, le coût de comm est assuré.

Round 4 : Conseils

Le propre d’un Business Angel : il aime investir et accompagner des start up (dans le cas contraire, il préférerait un livret ING Direct à 5% pendant 3 mois à n’importe quelle start up). La baguette choisit son sorcier, le BA choisit sa start up (ou vice versa ?) : si vous vous débrouillez bien, vous trouverez dans votre premier investisseur bien plus que de l’argent ! Conseils et carnet d’adresse en première ligne. Dans le cas du CF, pas d’AG à 37 dans vos minuscules bureaux, mais un représentant de tous vos crowdfunders. Ce représentant n’est pas forcément le plus gros, ni le plus futé de vos investisseurs. Certes, il est élu par les autres ; de récents exemples nous montrent néanmoins qu’être élu ne fait pas systématiquement de vous de l’homme de la situation. Les Français se sont trompés, gageons que 32 crowdfunders sont eux aussi faillibles. 

Victoire par KO pour les Business Angels

Conclusion : portraits robots des meilleurs élèves

(caricatures volontaires, assumées et au moins un petit peu fausses)

Allez bonne chance

Antoine

Auteur de l'article :
U'Start'Me
Organisation

Mohamed AOUN
Le Mardi 1 Juillet 2014 à 11h29
Très beau débat !!



Je suis l'avis d'Antoine, je suis fermement convaincu que le CF va révolutionner le monde de la finance ainsi que le monde de l'entreprise.



L'avntage du Cf est qu'il place l'humain en centre d'intêret alors que tous les autres systémes de finanement sont omnibulés par l'idée de maximum de profit.



Le BA a ces avantages, car il est vrai qu'en general les fonds levés ainsi que l'accompagnement d'expert qui est sense augmenté le taux de réussite du projet.



Pour départager nos amis Sebastien et Antoine, je pense qu'un mixe de ces deux moyens de financement pourrais réellement avoir un aspect positif pour le monde entrepreunarial.
Compte Supprimé
Le Mardi 22 Septembre 2015 à 10h26
Besoin d'un prêt/Financement/investissement?

Vous avez besoin de financement ou êtes à la recherche d'un investisseur compétent, vous voulez un prêt pour vos constructions, achats, dépenses personnelles ou autres? Je vous proposes mes services d'octroi de prêt, d'investissement et de financement de projet. Laissez vous guider par le professionnalisme et maximisez vos chances de réussite en faisant de votre projet une réalisation rentable. Contractez et obtenez en toute simplicité votre financement. Pour vos demandes merci de me joindre sur mon adresse professionnelle : Monicrepet@financier.com

A bientôt.
Vous devez être connecté

Monsieur Madame

J'accepte les CGU *
Recevoir la Newsletter

Pourquoi s’inscrire ?

- Porteurs de projets : une 
vitrine et des outils pour booster 
votre entreprise.


- Etudiants et indépendants : 
des stages, des jobs, des clients 
et de nouveaux challenges. 


- Investisseurs : Un catalogue de 
projets innovants et des outils 
pour les sélectionner.